En Alsace on prépare des bredele depuis plusieurs siècles ! Découvrez en un peu plus sur cette tradition bien encrée dans notre région.

Que signifie le terme bredele

En alsacien le terme bredele est un diminutif du mot Brot qui signifie pain.
Le bredele est donc littéralement un petit pain.

Ce terme s’utilise pour tous les petits gâteaux, y compris ceux qui sont préparés hors de la période de Noël.

Les Winachtsbredele sont les bredele de Noël qui sont devenus très populaire. On en trouve sur les marchés de Noël, dans toutes les boulangeries alsaciennes et chaque famille dispose de ses propres recettes de Bredele. Cette tradition est perpétuée depuis des siècles dans la région, la période hivernale est particulièrement propice à la préparation des bredele.

L'origine des Bredele

Une boulangerie strasbourgeoise



D’où viennent les bredele

Les bredele les plus anciens sont certainement les pains d’épices qui sont connus depuis l’Antiquité.

Avec la découverte des nouveaux continents et la démocratisation des bateaux marchands, de nouvelles épices sont acheminées le long du rhin. Beaucoup de villes Suisse, Allemande et Hollandaise disposent de leur spécialité de pain d’épices.
Les Lebkuechle qui signifie pain de vie sont au départ fabriqués par les moines dans les couvents. Ils sont des vertus thérapeutiques et servent à soigner les malades.

Les pains d’épices se vendaient à la période de Noël pour fêter la Saint-Nicolas qui est vénéré depuis le XII siècle en Alsace. C’est le 6 décembre que les parents offrent aux enfants des petits cadeaux. A cette époque le pain d’épice est acheté sur le marché de la Saint-Nicolas de Strasbourg, le Klausmärik.
Le pain d’épices est également une offrande païenne pour calmer les revenants durant la période de Noël.

Au XVI siècle avec l’arrivée de la Réforme en Alsace le clergé dénonce ces pratiques païennes et souhaite un retour à des pratiques religieuses plus strictes avec notamment l’abandon de la vénération des Saints.
A partir de là, Saint-Nicolas ne doit plus être fêté, c’est le jour présumé de la naissance de Jésus, le 25 décembre que l’on offre des cadeaux.
A partir de là, le Klaismärik à Strasbourg devient le Christkindelmarïk.

Cependant en Alsace, la tradition de la Saint-Nicolas n’a jamais totalement disparu, on distribue toujours des Mannele à cette date.


En Alsace le métier de boulanger fait son apparition XVème siècle, il préparé indifféremment boulangerie ou pâtisserie.
En 1476 une ordonnance sépara les deux métiers. Seuls les pâtissiers étaient autorisés à utiliser de la farine noble, du sucre, du miel, le lait, les oeufs et les épices. Elle fut reprise en 1549 et en 1557, on y trouve les mentions de Lebckecle, des Brezellen, les Laderbredele, les Hutzelbrot, les Bereweke.

Durant le XVI siècle on trouve les premiers ouvrages qui relatent les recettes de Bredele avec les Zuckerbrot, les mandelbrot, les mandelschnitten, les anisbrot.
C’est durant ce siècle qu’apparaissent également de nouveau ingrédients : les amandes, les noix, l’anis, la cannelle …
moule SpringerleLes Anisbrot étaient réalisés à cette époque à l’aide d’un moule en bois fruitier sculpter en creux qu’on plaquait et enfonçait sur l’abaisse de pâte, puis on les découper en fonction de l’empreinte laissée. On appelle ces moule les Sprengerle.
Ces moules représentes des scènes de la vie quotidienne, des bestiaires folklorique ou encore des petites figurine pieuses.

On retrouve dans un livre de cuisine datant de 1674 et écrit par Bernard Büchingr, abbé de Lucelle (Haut-rhin) de nombreuses recettes avec entre autre la recette des Sprützen Küchlin. Ce sont des petits biscuits à base de farine, de lait et de graisse que l’on passe au travers d’une douille, ces bredele vont devenir les SpritzBredele.

A cette époque les bredele ne sont pas cuits dans un four, mais dans une poêle avec de la graisse.

Durant cette période les Gewahlte Küchlin sont étaler à l’aide d’un rouleau à pâtisserie et détaillé à l’aide d’une roulette cannelée.
Les emporte-pièces ne font leur apparition que durant le XIX siècle.

Au XVIII siècle, le bredele se démocratise et de grande série de gâteaux de Noël sont fabriqués notamment les Lebckechle dans des lieux comme Gertwiller, Traenheim ou encore Molsheim.

Durant le XIX siècle de nombreux ouvrages de recettes alsaciennes font leur apparition, on y découvre la recette des Schwowebredele ou encore les Beignets de Carnaval.
C’est également durant ce siècle qu’apparaissent le beurre et le chocolat qui vont permettre de varier les recettes.

Livres de recettes de bredele

A l’heure actuelle, bon nombre de familles alsaciennes confectionnent des bredele à Noël, parfois des dizaines de sortes sont préparées !

On retrouve dans ces familles des recettes différentes pour chaque sortes, des petits trucs qui font qu’elles sont uniques, vous pourrez goûter un schwowebredele ou un butterbredele chez tout le monde, le bredele sera toujours un peu différent.

Avec l’apparition des emporte-pièces de plus en plus variés, on prépare des bredele pour toutes les occasions, ou simplement pour accompagner un bon café.

Les bredele de Noël existent depuis de nombreuses années en Alsace, ces petits biscuits font le bonheur des petits et des grands gourmands.

Recette de bredele

Recette de bredele

Source « les Bredeles de nos Grand-Mères » aux éditions du signe
et « Bredele et Gâteaux de Noël » aux éditions du Bastberg